Wednesday, September 16, 2009

Commission :D

Here is a little portrait commission I took from Kiraxlee on DA. Here is her DA page :
She totally got the characters :D

Voici une petite commission de portraits que j'ai commandé auprès de Kiraxlee sur DA. Voici sa page DA :
Elle a totalement chopé les personnages ! :D

Sunday, May 31, 2009

ENGLISH : CHALLENGE 1 - A day in Richelieu's Life - Louise

Here is the first fanfiction Louise wrote about Paris' Clan. It was basically a challenge between Louise and me. We had the same theme and some words we had to place in the text.

Here, the theme is "one day in Richelieu's life" and the words were : Jasmine, lamp and mysterious.

Here comes Louise's text :)

Richelieu’s Crazy Run

The sun at last went down, letting Montigny’s manor in the shadows, barely enlightened by the stars and the small crescent moon hidden by the clouds. Some lights had just been turned on. The inhabitants had gone to their rooms. All of them but one, one silhouette perched on the top of the roof, put up proudly, his wings open and his undulating mane under the warm breeze. A ray of light shew on the silhouette and enlightened the majestic face of Richelieu, self-satisfied with his little effect. He spread his wings with grace, shook himself with a kick, photogenic he hoped et flew out towards the woods. He hoped that all the wood creatures had seen him and cowered in front of this insatiable predator.

About one hour later, with his daily prey in the beak – two terrified fieldmice – he came back to the manor with jubilation on his face. He was expecting many cries and applause. But nothing. Nobody noticed him or his trophies, everone being busy. As Mélusine was having her nocturnal breakfast in the kitchen, he hurried to give her a best taste surprise. He ran to her room, opened the door with an expert paw kick and jumped on her bed. He had already noticed that she liked to eat a bowl of cereals and read at the same time, under her sheets. Richelieu was a gentleman. He thought she would rather kill the mice before play with them and eat them with her milk mug. So he put delicately his fightened presents under her duvet and went away, proud of his endlessly generosity.

In the corridor, Richelieu precisely met Mélusine, her arms charged with a tray and lots delicious food. He bowed deeply as she walked next to him and hold his head high as he left, thinking that she would prefer to eat her mice on her own.

As he turned in a corner to the living-room, a piercing shrieking was heard in all the manor. Indeed she found her present and she liked it

As the gryffon arrived next to the kitchen doors, he checked that no one was hanging out in the corridor nor in the room and sidled inside. There he jumped on a stool and then on the sink and the table where stood the amazing and sublime cookies box. Every day he came discreetly to pick some and everyday it was filled again with fabulous chocolate chip cookies. He started drooling as his paw got close to the box. His eyes shone with greed. The beast droped off the top and dipped his snoot in it.

Within five minutes, there was nothing left. He took the cover with his beak and cautiously put the jug back where he found it. Richelieu quickly jumped off the table and looked for Delacroix.
The door was closed so he scratched furiously and mewed. The door bursted open and Delacroix’s crazy face appeared. Richelieu huddled up and groaned and begged.

« Richelieu ? What’s wrong ? Are you sick ? »

Richelieu begged to his spectator, catching his jacket which hung in front of his beak and pulled him towards the kitchen. He let Delacroix go at last and stood right in front of a giant cat croquettes box (not too hard, not too soft, bird and vegetable-flavor)

« Oh ! OK ! You’re hungry, buddy. Okay, just wait, I’ll bring you food ! You should have mention it sooner ! »

As he spoke, Delacroix opened the box and poured down in the griffon bowl enough food to eat during one week as the beast was stamping on his feet.

« Here it is. I think you should have enough of it. »

He put the box back to its place and Richelieu noticed he didn’t close it well. He could come back later. But now he’d better take advantage of this huge mountain of luxurious croquettes. Richelieu didn’t wait any longer and dipped his head inside, swallowing gluttonously and freneticaly everything that stood under his beak.

Delacroix looked at him for a moment and laughed in front of this genuine gluttony and went back to his room. On his way back, he opened the cookies box, dipped his hand inside and as he could not pull something from the jug, he looked inside incredulous.

« Again !? That is not possible ! I already refilled it ! Morphine has eaten everything or what ? ? Who did this ? Raaaah ! »

He cast a glance towards Richelieu who chose this moment to stop shewing and looked at him with a perfect genuine look melted with innocence and then ate again in spraying of food.
Delacroix went away ranting, swearing that nothing would stop him, that one day or another he would find this cookies thief and that he would kick his butt. He would definitely investigate !

Replete, Richelieu stopped eating and walked to the living room intending to have a good rest. He crawled and fell on the couch sighing with satisfaction. Morphine came after that, holding crips and sweets in each hand.

« There’s no cookies left ! Always thinking about him. I hope Delacroix will choke with it ! »

Seeing that Richelieu was sleeping on HER couch, she pulled his swings and pushed him on the floor. Richelieu was too tired to answer back, even when Morphine put her feet on his back. He groaned and kept sleeping while the teenager took the remote and started to flick through TV channels. After twenty minutes and as she finished her crisps, Morphine felt bored with this boring nocturnal TV programs. The young girl scrubed the last crumbles which fell down on poor Richelieu. She bent her head above the big asleep beast and an evil smile appeared on her face. She got up suddenly, left the room and came back thirty seconds later with clothes in her arms.

« Richouuu… Richelieunounet… Come here… Don’t be afraid… »

She slowly came close to him, put her hands on his head, waiting for cuddles… but then she blocked his neck. Richelieu struggled, trying vainly to escape this awful kid. She climbed on his back and already was dressing him with a pink t-shirt and fixed hairclips on his hairs. Even if he was struggling she succeeded in dressing him with an enormous lace panty and paint on his beak with a lipstick.

Poor Richelieu was mewing, groaning, complaining and crying for help but Morphine was still playing like a crazy child. Eventually she poured an entire bottle of jasmine perfume over his poor head. The gryffon finally did run away, slinking. He could hear her laugh behind him in the corridors, running to Absinthe’s room. Shaking, he scratched at the door, asking for a sanctuary. He could hear the crazy teenager’s feet as she came towards him. The door opened slowly. As soon as he could, the four-legs shape busted in.

Morphine arrived laughing but instantly came to a standstill. In the doorframe, Absinthe was looking at her with a severe look.

« It’s not me. I didn’t do it. It’s not cool ! » Morphine started to complain.

« But I didn’t say anything. What have you been wrongly accused of ? » asked Absinthe back, half-severe, half-amused.

« Nothing, nothing. See, Richelieu is in your room. Could you bring him here ? »

« No. He stays where he is. Leave him alone for tonight. »

As she spoke, she closed the door under the nose of the teenager who started to yell and accuse Absinthe to plot. The teenager headed back to the living-room and got into an intense play of Gameboy.

Calm at last ! Absinthe needed quietness tonight. She had borrowed lots of beautiful manuscripts to Father, and she was trying to compare some newspaper articles.
She had put everything on the floor, next to the fireplace, drinking a cup of tea and tried to concentrate upon her articles. But doing this longer than half an hour was impossible in this house.

Absinthe turned back, picturing herself with her cup of tea, looking over all the beautiful books she took from the library. But when she did turn back, she saw something totally different.
In front of the chimney, sitting on her books and newspapers, Richelieu was resting. He had laid out a perfect nest with her papers, getting rid of the clothes he wanted to be away. He scrubed his beak on the back of the armchair to get rid of his lipstick and by now, a scent of jasmin was all over the room. The final touch came when he let the little lamp fall down as the griffon as he tried to turn back next to his little bed. The bulb exploded and the room was filled with darkness.. The only light came from the little fire in the fireplace. As he heard broken glass,

Richelieu stood still and turned a worry look toward Absinthe. She appeared half hidden in the shadows. Her face, only lightened by this low and reddish light from the flames. She looked like a ghost or a revenge monster. A contorted smile started to appear on her corner of her lips…

« Richelieu… Get outta here… please… »

His hairs prickled on his back and Richelieu ran like a chased rabbit. He didn’t understand why she seemed to be so angry… After all, she kinda invited him to come in, she even prepared a mattress just for him next to the fire. What was going on ?

He ran like hell in the corridors and started to scratch and cry for help at the first door he ran through. The door busted open and Grimm’s red, sweaty and pissed off face appeared few inches next to his.

« WHAT ! »

Richelieu yelled even more et ran again like a fool. The door closed with insults and bad words. Nobody has the right to disturb Grimm during a session of musculation.

He arrived next to another door and opened it with a paw kick. The door dashed into the wall but then it was Svenn who yelled. He was quietly reading a book, snuggling under his blanket when Richelieu decided to frighten him, giving him an heart stroke. He screamed and threw his book against the wall and hid under his blanket. Svenn’s yelling terrified even more the gryffon. His eyes rolled insanely in his orbits and ran again. He ran and ran, kicking the walls, corridors corners, bringing the armors and statues down. He finally fell down next to a last door, choking and gasping, his tongue falling out of his beak. He didn’t have strength enough to groan.
Completely out he couldn’t see nor ear anything.

A crack and then footsteps sounded behind the door. It opened slowly and creaking. A caring hand cuddled his head. Some arms led him with delicacy like a sleepwalker inside the room. He was put on something soft and warm and then he fell asleep.

Richelieu woke up some hours later, resting from his previous adventures. He opened his eyes and looked around, looking for his mysterious benefactor. It was the first time he stood in this place, in a stuffed basket, next to the fireplace. Next to him, a bowl of fresh water and another filled with croquettes. All around, books, papers, grimoires and more papers. He had a curious feeling of strange, secret, something sacred. Here, behind his desk, Montigny looked at him with a funny look.

« You can come whenever you want, if you don’t still biscuits anymore. Right ? »

Richelieu closed his eyes and fell asleep again, peaceful at last.

- Louise, 2009


Text by Louise, translation by Coda

Friday, March 20, 2009

Gargoyles Meme

J'ai fait ce meme à propos de Gargoyles il y a peu... Alors je vous en fais profiter :)

Autre news : nous allons malheureusement pas avoir beaucoup de nouvelles de Rimbaud (la ptite gargoyle orange, à droite sur le bandeau d'accueil) mais par contre, nous allons accueillir bientôt une nouvelle gargoyle du nom d'Opaline :D

Tuesday, February 17, 2009

youpi ! on a gagné !! / we won !!

héhé on a gagné le prix Artistique sur le site MGC sur le thème : Les artistes gargoylifiés !
Bravo à Valaheri pour le prix de l'originalité !


yeah ! we won the artistic price on MGC last month's topic : Artists as Gargoyles !
Congratulations to Valaheri for the Creative price :)

Wednesday, January 28, 2009

ART : MGC Artists as gargoyles

Le thème de ce mois-ci sur MGC, c'est "Artistes en Gargoyles". Louise m'a proposé de faire une collab et j'ai dit "Bah bien sûr !! XD"
Vous pouvez voir Absinthe, Delacroix et Mélusine en pleine discussion avec leur garg-créateurs c'est à dire respectivement : Louise (en gris), Amaury (en rouge sombre) et moi même (Karell)
On a vraiment fait cette illus à l'envers : j'ai fait le line sur photoshop, Louise l'a ensuite imprimé sur papier épais et a peint à l'acrylique dessus, avant de le rescanner pour que je finisse en mettant la bordure et les textes ^^

héhé pour le texte sous Delacroix et Amaury, il s'agit d'une private joke, un truc qui nous a fait hurler de rire que vous pouvez voir ici :

This month's topic on MGC is "Artist as Gargoyles". Louise asked me if I wanted to do a collaboration and I said Of course !!!! you kiddin' ?
So you can see Delacroix, Absinthe and Mélusine with their respective creators as gargoyles : Amaury (the dark red one), Louise (the grey one) and myself (the pink one).
I did the lineart on Photoshop, send it to Louise who printed it and painted it with acrylics. Then I added the texts and the border in photoshop... and VOILA !
The text under Delacroix and Amaury is a private joke, something that made us laugh to tears :

Friday, January 23, 2009

ART : Mélusine & Absinthe Teenagers by Louise

Louise a dessiné Mélusine et Absinthe en période ado dans les années 80. J'adore la tunique de Mélusine !! dommage qu'elle n'ai pas eu le courage de dessiner leurs ailes, mais elles sont cool comme ça :P

Louise drew Mélusine and Absinthe in their teenage years in the 80's. I love Mélusine's outfit !! Too bad that she couldn't draw their wings but they are cool as they are !

Thursday, January 22, 2009

ART : Morphine by Aurélie

Voici un dessin de Morphine, fait par sa créatrice, Aurélie, après s'être décidée pour la forme des ailes. (au lieu d'ailes normales) Moi je l'aime bien comme ça, ça lui donne du caractère !

Here is a drawing of Morphine, drawn by her creator Aurélie after she decided her wings' designs. I like her that way, instead of regular wings. I think it gives her personnality.

Monday, January 19, 2009

FIC : Défi N°1 : Une journée dans la vie d'un griffon

Voici ma fic (celle de Karell) écrite sur le même thème que la fic précédent :
"une journée dans la peau de Richelieu, le griffon du clan"
Les 3 mots : mystérieux, lampadaire et jasmin.

La journée – ou la nuitée devrait-on préciser – commençait toujours de la même façon pour le griffon du manoir Montigny. A peine l’astre solaire parti se ressourcer de l’autre côté du globe, les premières craquelures courraient sur la surface dure des statues du manoir. Un à un, les curieux pensionnaires de la résidence revenaient à la vie, comme à chaque coucher du soleil. Tous aimaient prendre leur place habituelle sur l’immense terrasse au premier étage, qui dominait le petit bois du jardin.
Tous sauf un. Un irréductible bonhomme mal élevé qui s’entêtait à rester à part du groupe et à le montrer. Grimm persistait à attendre le coucher du soleil dans la salle de gym, entouré pour seuls compagnons d’appareils de musculation les plus récents et pourtant en piteux état, montrant des traces de vandalisme et de griffures.

A peine sa double peau de pierre tombée à terre, Richelieu se raidit, tendit les pattes et s’étira de tout son long en poussant un long hululement de satisfaction. Une main lui tapota la tête affectueusement, lui aplatissant les plumes sur le sommet du crâne. Il ferma les yeux de plaisir, un parfum de jasmin lui emplissant les narines. Etait-ce Morphine, Absinthe ou Mélusine ? Peu de chance que ce soit Morphine puisqu’elle ne connaissait pas l’usage des parfums. Pourquoi s’enduire de senteurs inutiles puisqu’elle ne voyait personne en dehors des habitants de la maison ?
Absinthe ? Peut être, ou encore Mélusine. Impossible de le savoir, car lorsqu’il rouvrit les yeux, aucune d’entre elles n’était visible. Delacroix quant à lui traînait toujours sur la terrasse, étendant son regard sur la totalité du domaine comme pour vérifier de ses yeux que rien n’était survenu pendant leur repos de pierre. Une fois rassuré, il sauta sur la terrasse et enfourna dans ses oreilles les écouteurs de son walkman gros comme une machine à laver, avant de gesticuler comme une rock star.

Après une longue journée de repos, l’estomac reprenait toujours le dessus, surtout chez Richelieu. C’est pourquoi il n’était pas surprenant de le voir se frotter ostensiblement à toutes les paires de jambes qu’il croisait. Il se rapprocha donc de la gargouille bleu électrique avec les yeux pleins d’espoir. Mais ses efforts ne servirent à rien car Delacroix était concentré dans son tube de Asia.
Tant pis. Il retenta le coup auprès de Svenn mais ressortit de sa tentative bredouille ; l’imposante gargoyle viking préféra se retirer pour questionner le professeur Montigny comme chaque nuit calme.

Richelieu poussa un petit cri de déception puis descendit aux cuisines. Les marmites étaient toujours en train de frémir, les plats mijotaient près à être dégusté, répandant des effluves plus qu’agréables. Peut être son écuelle allait-elle être pleine ? Au pire il pourrait toujours farfouiller dans les placards ou se servir directement dans les cocottes. Il y avait toujours des choses surprenantes mais délicieuses à manger. Dandinant de la croupe, le griffon se dirigea vers le récipient en métal, cherchant avec son bec et la langue le reste de nourriture qui collait aux bords. Mais cela ne suffisait pas à un estomac de fauve. Loin de là ! Son odorat développé le conduisit sur l’énorme plan de travail de la cuisine où reposait un poulet fermier bien doré que la cuisinière avait laissé refroidir gentiment. Mais c’était sans compter les aptitudes en escalade et l’estomac sans fond de Richelieu. Il lui fallut peu de temps pour bondir sur la table, faisant fi des casseroles et autres couteaux de cuisines pour d’aller enfouir son bec dans les entrailles encore fumantes mais si goûteuses du poulet.

Il ne fut dérangé dans sa tâche que par un cri suraigu

« HIIIIII, Richelieuuuuuu, mais ça va pas ?! Dégage de là !! » On lui frappa sur la tête à coup de journal.

« Sale chat ! Méchant piaf ! »

Sous les coups de Morphine, Richelieu ne put que battre retraite et s’enfuit par la fenêtre sous les cris et insultes fleuries de l’ado. Il plana jusqu’au sol, puis hors d’atteinte de la petite gargouille, il houspilla bruyamment avant de s’en aller comme un prince. Courageux mais pas téméraire !

Les allées qui traversaient le petit bois étaient éclairées par des rangées de vieux lampadaires du début du siècle que Montigny avait fait monté il y a des années. Cela donnait un petit air de parc anglais que le professeur appréciait particulièrement. Le griffon se dirigea alors vers le grand perron qui donnait sur le grand salon où flambait un grand feu dans la cheminée. Etonnamment la porte fenêtre était ouverte et personne en vue. D’habitude, le griffon n’était pas le bienvenue dans cette pièce décorée de tapisseries et couvertes de livres et parchemins en tout genre. Sans compter les énormes fauteuils confortables et les artefacts, statuettes en tout genre. Un immense terrain de jeu pour un griffon comme Richelieu. Attiré comme une abeille par un pot de miel, il passa la tête dans la pièce puis rentra comme si de rien n’était et fit le tour du salon avec les yeux brillants. Au mur, les tapisseries montraient une série de scènes fantastiques avec des créatures ressemblant à des gargouilles, des êtres du petit peuple et un chevalier et sa monture en armures. Mais ce n’était pas l’intérêt artistique ou historique qui attirait le griffon. Quel autre usage pouvait-il en faire ? Il s’approcha de l’œuvre d’art comme pour la voir de plus près et …


Un chat doit faire ses griffes et quoi de mieux qu’une tapisserie ancienne pour les planter.

Après plusieurs labourages, la porte s’ouvrit à toute volée et Mélusine poussa un cri strident

« Nooon c’était ma tapisserie préférée !!! Vilain chat ! VILAIN CHAT ! pssss PSSSS » mais Richelieu ne bougeait pas, continuant à lacérer l’œuvre d’art partie en lambeaux. Alors une seule solution vint au cerveau de la jeune gargouille. En l’espace de quelques secondes, elle attrapa un vase, jeta les fleurs dans un coin et vida l’eau sur le griffon.

« Laisse la tapisserie, j’ai dit ! »

Richelieu fit un bond en arrière et feula de colère en hérissant les poils de l’échine.

« Allez zou, va-t-en. Tu n’as pas le droit de rester ici » le gronda Mélusine qui le chassa par la porte fenêtre avant de la refermer et de regarder avec un air peiné la tapisserie vandalisée. Père allait être furax !

A l’extérieur, Richelieu s’ébroua et entreprit de se lisser les plumes et le cuir. Il détestait être mouillé sauf par sa propre salive. Prenant des poses invraisemblables, il commença à se lécher partout, aplatissant les poils ébouriffés, lissant les plumes de ses ailes. Un long travail de précision et de contorsion.

Après tant d’exercices et de péripéties, la fatigue commençait à se faire sentir. Dans un dernier effort, il grimpa à un arbre avant de s’envoler à hauteur suffisante pour ne pas se ramasser par terre et prenant de l’altitude, il alla se poser sur la terrasse, toujours ouverte aux quatre vents. Richelieu se dirigea vers la chambre de Grimm où il savait que l’attendait son panier et ses coussins moelleux mais il s’arrêta dans un vestibule où Absinthe était en train de lire, assise près de la fenêtre en retrait. Le griffon alla se frotter à ses jambes en ronronnant avant de se coucher à ses pieds et il sombra dans les bras de Morphée.

« Pff… toujours à demander de la bouffe, des papouilles ou roupiller les quatre pattes en l’air celui-là. » marmonna-t-elle avant de baisser les yeux sur lui. Il continuait à ronronner les yeux fermés, la poitrine se soulevant avec régularité.
Elle ne put réprimer un timide sourire malgré son soupir et s’accroupit pour lui faire un énorme câlin. Après tout, depuis toute petite, elle avait toujours envié les enfants dans les fêtes foraines lorsqu’ils gagnaient des pandas géants, elle qui était condamnée à ne pas s’approcher.

Peu importe car au moins, ça les câlins, Richelieu n’en était pas avare. Et c’est sous un déluge de ronronnement qu’il étouffa de tout son poids la blanche gargouille.

« Rhaa mais tu m’étouffes ! » dit-elle en battant des bras, libérant une grande effluve de jasmin.


- Karell, 2009

Friday, January 16, 2009

FIC : Défi N°1 - La course folle de Richelieu

il y a plusieurs mois, Louise et moi avons décidé de nous lancé dans des défis d'écriture avec un thème imposé. Le but : étoffer l'histoire du clan, lui donner un passé et des souvenirs communs en attendant que le forum RP reprenne.
Le but non avoué : s'amuser XD

Pour la 1e fic, le thème était : "une journée dans la peau de Richelieu, le griffon du clan" et nous avions 3 mots imposés à insérer dans l'histoire. Ici les 3 mots étaient : mystérieux, lampadaire et jasmin.

Voici la fic de Louise :) la mienne viendra certainement demain ^^

La course folle de Richelieu

Le soleil s’était enfin couché, laissant le manoir des Montigny dans les ténèbres, à peine éclairé par la lumière des étoiles et d’un petit croissant de lune caché par des nuages. Quelques lumières s’allumèrent dans le château ; les habitants avaient tous rejoint leur chambre. Tous, sauf une silhouette perchée sur le toit, dressée fièrement, les ailes ouvertes et la crinière ondoyante dans la brise chaude. Un rai de lumière plongea sur la silhouette et éclaira le visage majestueux de Richelieu, content de son petit effet. Il ouvrit noblement ses ailes, s’ébroua dans une ruade qu’il souhaitait photogénique et s’envola vers la forêt. Il espérait que toutes les créatures des bois l’avaient vues et tremblaient déjà de peur face à ce prédateur insatiable.

Une heure plus tard environ, tenant dans le bec sa prise du jour - deux mulots terrorisés-, il rentra d’un air triomphant au manoir, s’attendant à des hourras et des remerciements à foison. Mais non. C’est à peine si on le remarqua, tout le monde vaquait à ses occupations sans s’intéresser à lui et à ses trophées. Voyant Mélusine qui prenait un petit-déjeuner nocturne dans la cuisine, il s’empressa de lui faire une surprise du meilleur goût. Il courut jusqu’à la chambre de la jeune fille, ouvrit la porte d’un coup de patte expert et se rua sur le lit. Il avait remarqué que très souvent, elle allait se coucher pour déguster un bol de céréales en bouquinant, emmitouflée dans ses draps. Gentleman, il pensa qu’elle préférerait achever les rongeurs avant de jouer avec et de les avaler avec son bol de lait, aussi il déposa tendrement ses offrandes tétanisées sous la couette et s’en alla, fier de sa générosité sans bornes.
Dans le couloir, il croisa justement Mélusine, chargée d’un plateau qui débordait de victuailles. Il fit une profonde révérence à son passage et s’en retourna la tête haute, estimant qu’il valait mieux la laisser croquer ses mulots en paix.
À peine avait-il passé la porte du salon qu’un hurlement strident résonna dans tout le manoir ; à l’évidence, elle avait enfin trouvé son cadeau, et cela lui plaisait.

Arrivant devant la porte de la cuisine, il s’assura que personne ne traînait dans la pièce ni dans le couloir, et se faufila silencieusement à l’intérieur. Là, il grimpa sur un tabouret puis sur l’évier et la table, où reposait la sublime et merveilleuse boîte à cookies. Tous les jours il venait se servir discrètement, et tous les jours elle était de nouveau pleine de ces fabuleux biscuits aux pépites de chocolats. Un filet de bave commençait presque à couler le long de son bec tandis qu’il approchait la patte du pot, les yeux brillant de gourmandise. Il bascula le couvercle et plongea le museau dedans.
En cinq minutes, il ne restait plus rien.
Il reprit le couvercle dans son bec et, avec précaution, remit le pot comme il l’avait trouvé. Il descendit alors prestement de la table et s’en fut chercher Delacroix.

Devant la porte fermée de la chambre, il gratta furieusement en miaulant. La porte s’ouvrit et le visage halluciné de Delacroix apparut.
Richelieu se tassa et prit une mine implorante en gémissant.

« Richelieu ? Qu’est ce qui ne va pas ? T’es malade ? »

Richelieu fit une mine suppliante à son spectateur, puis attrapa un pan de la veste qui pendait devant son bec et le tira.
Vers la cuisine.
Il lâcha enfin Delacroix et se planta devant le paquet géant de croquettes pour chats difficiles (ni trop dures, ni trop molles, au bon goût de volaille et de julienne de légume).

« Aaaah ok ! T’as faim, mon gars ! Ouai attends, je vais te donner à manger ! Fallait le dire plus tôt ! »

À ces mots, Delacroix ouvrit le paquet et versa dans la gamelle du griffon assez de nourriture pour une semaine, pendant que l’animal trépignait d’impatience.

« Voilà je pense que tu devrais avoir assez avec ça. »

Il rangea le paquet dans un coin, et Richelieu nota qu’il l’avait mal fermé. Il pourrait y revenir plus tard. Mais pour l’instant, autant profiter de la montagne de croquettes de luxe. Richelieu n’attendit pas plus longtemps et plongea la tête dedans, avalant goulûment et frénétiquement tout ce qui se trouvait sous son bec.

Delacroix le regarda un moment en rigolant, hilare devant tant de gloutonnerie non feinte et s’en retourna d’où il venait. Au passage, il ouvrit le pot de cookies, y glissa sa main, et comme il n’en ressortait rien, jeta un regard incrédule dedans.

« Encore !? Mais c’est pas possible ! J’en ai remis tout à l’heure ! Morphine a déjà tout bouffé ou quoi ? Mais qui a fait ça !? Raaaah ! »

Il jeta un coup d’œil à Richelieu, qui eut le bon sens de s’arrêter de mastiquer pour le regarder. Il lui fit sa plus belle expression d’incrédulité mélangée d’innocence, puis se remit a manger dans des giclées de croquettes.

Delacroix s’en alla en pestant, jurant que rien ne l’arrêterait, qu’il retrouverait le voleur de cookies un jour ou l’autre et qu’il lui ferait la peau. Il ferait son enquête !

Plein à craquer, Richelieu s’arrêta enfin de manger et partit au salon pour faire une bonne sieste bien méritée. Il se traîna et s’affala sur le canapé dans un soupir d’aise. Morphine arriva peu de temps après, paquets de chips et de bonbons dans chaque main.

« Y a encore plus de cookie. ‘Pense qu’à lui. J’espère que Delacroix va s’étouffer avec ! »

Voyant Richelieu qui somnolait sur SON canapé, elle le tira par les ailes et le poussa par terre. Richelieu était trop fatigué pour répondre à ça, même lorsque Morphine installa confortablement ses pieds sur lui. Il gémit mais se remit à somnoler, tandis que l’ado empoignait la télécommande et zappait frénétiquement. Au bout d’une vingtaine de minutes à peine, après avoir fini ses chips et lassée par les programmes TV ennuyeux de la nuit, Morphine brossa les dernières miettes qui tombèrent sur le pauvre Richelieu. Elle baissa les yeux vers la grosse bête endormie, et un sourire dangereusement diabolique apparut sur ses lèvres. Elle se leva en trombe, sortit de la pièce et revint trente secondes plus tard, les bras chargés de vêtements.

« Richouuu… Richelieunounet… Viens ici… N’aie pas peuuur… »

Elle s’approcha doucement de lui, posa sa main sur sa tête qui s’attendait a des caresses… et lui bloqua le cou. Il se débattait, essayant en vain se s’échapper de la poigne de l’horrible gamine. Celle-ci avait grimpé sur son dos ; elle était déjà en train de lui passer un t-shirt rose et de lui coller des barrettes dans les crins. Même en se tortillant, elle parvint à lui enfiler une grosse culotte à dentelle et à lui gribouiller sur le bec avec du rouge à lèvre.
Le pauvre Richelieu miaulait, gémissait, poussait des petits cris plaintifs et appelait à l’aide, mais Morphine continuait en s’amusant comme une petite folle. Finalement, le bouquet final fut lorsqu’elle déversa le contenu entier d’un parfum au jasmin sur la tête du malheureux griffon, qu’il réussit à s’enfuir à toute vitesse, la queue entre les jambes. Il entendait son rire le poursuivre dans les couloirs du manoir, courant jusqu’à la chambre d’Absinthe. Il gratta en tremblant à la porte, demandant asile. Les pas de l’ado survoltée arrivaient en trombe.
La porte s’ouvrit lentement et silencieusement. À peine entrebâillée, la forme a quatre pattes disparue à l’intérieur de la chambre.
Morphine arriva, hilare, mais s’immobilisa aussitôt ; dans l’encadrement de la porte, Absinthe la regardait sévèrement.

« C’est pas moi. J’ai rien fait. C’est pas sympa !» Commença à se plaindre Morphine

« Mais je n’ai rien dit. De quoi t’accuse-t'on injustement cette fois ci ? » rétorqua Absinthe, mi- sévère, mi-amusée.

« Rien rien. Dis, y a Richelieu qu’est rentré, tu peux le faire sortir ? »

« Non. Il est bien où il est. Laisse le tranquille pour aujourd’hui. »

À ces mots, elle ferma la porte au nez de la gamine, qui se mit à hurler au complot en retournant au salon, avant une séance intensive de Game Boy.
Enfin tranquille ! Absinthe avait besoin de calme, aujourd’hui. Elle avait emprunté plusieurs beaux manuscrits à Père, et essayait de recouper certains passages avec des articles de journaux. Elle avait tout étalé par terre, devant un feu et une tasse de thé, et essayait de se concentrer dessus. Mais dans cette baraque, impossible d’avoir un peu de silence durant une demi-heure.
Absinthe se retourna, s’imaginant déjà, sa tasse à la main, survolant du regard tous les beaux ouvrages ramassés dans la bibliothèque. Lorsqu’elle se retourna, ce fut un tout autre spectacle qui l’attendait.
Car devant la cheminée, installée sur ses grimoires et ses journaux, Richelieu faisait la sieste. Il s’était douillettement emménagé un petit nid dans ses papiers, après avoir retiré et éparpillé les vêtements qui le gênait. Il avait frotté son bec contre le dossier du fauteuil pour enlever le maquillage, et maintenant, toute la pièce avait l’odeur entêtante du jasmin. La touche finale arriva lorsque le griffon, voulant se retourner sur son petit lit, renversa un lampadaire. Celui-ci tomba, l’ampoule se brisa et la pièce fut plongée dans une semi-obscurité, la seule lumière provenant du petit feu dans l’âtre.
Au son du verre cassé, Richelieu se tendit. Il tourna un regard inquiet vers Absinthe. Celle-ci, à moitié cachée dans l’ombre, apparut. Son visage, uniquement éclairé et accentué par la lueur basse et rougeoyante des flammes, avait plutôt l’air d’un fantôme ou d’un monstre vengeur. Un sourire crispé commençait à lui apparaître au coin des lèvres…

« Richelieu… Sors… S’il te plait… »

Tous ses poils se hérissèrent sur son dos, et Richelieu détala comme un lapin. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait l’air tellement en colère… Après tout, elle l’avait invité en quelque sorte, elle lui avait même préparé un matelas, rien que pour lui devant la cheminée ! C’était à ne plus rien y comprendre !
Il courait comme un fou dans les couloirs, et se mit à gratter et à appeler à l’aide à la première porte qu’il vit.
La porte s’ouvrit brusquement, et la figure rouge, transpirante et énervée de Grimm apparut à quelque centimètre à peine de son visage.

« QUOI ! »

Richelieu hurla de plus belle et reprit sa course folle. Derrière lui, la porte se referma dans un concert de jurons. On ne dérange pas Grimm pendant sa séance de musculation.

Il arriva face à une autre porte, qu’il ouvrit précipitamment d’un coup de patte. La porte claqua contre le mur, et cette fois ci, ce fut au tour de Svenn de hurler. Celui-ci lisait tranquillement un livre, blotti dans une couverture, lorsque Richelieu avait décidé de venir lui faire une frayeur digne d’une super crise cardiaque. Il hurla en jetant le livre contre le mur et en se cachant sous le plaid, et l’hystérie se propagea encore plus.
Richelieu, dont les yeux roulaient complètement fou dans leurs orbites, reparti de plus belle. Il courait en se cognant dans les murs, se prenait les angles des couloirs, faisait tomber toutes les armures et statues qui ornaient les corridors. Il s’écrasa en fin de, compte contre une dernière porte.
Haletant, soufflant comme un bœuf, la langue pendante, il n’avait même plus la force de gémir. Complètement sonné, il ne voyait ni n’entendait plus rien.

Un craquement suivi d’un bruit de pas vint de derrière la porte. Elle s’ouvrit doucement en grinçant. Une main calme, rassurante, lui caressa la tête. Des bras le saisirent délicatement et le portèrent à l’intérieur de la pièce. On le posa sur quelque chose de mou et agréable, puis il s’endormit.

Richelieu se réveilla quelques heures plus tard, le temps de se remettre de ses émotions. Il ouvrit les yeux et en fit le tour de la pièce, à la recherche de son mystérieux bienfaiteur. C’était la première fois qu’il venait ici. Il se trouvait dans un panier rembourré, face à une cheminée. A côté de lui, une écuelle remplie d’eau fraîche, et une gamelle avec des croquettes. Tout autour, des livres, des papiers, des grimoires et encore d’autres papiers. La pièce respirait l’étrange, le secret et le sacré. Et là, derrière son bureau, Montigny le regardait avec beaucoup d’amusement.

« Tu peux revenir ici autant que tu veux, du moment que tu ne chapardes plus les biscuits. D’accord ? »

Richelieu ferma les yeux et se rendormit, enfin paisible.

voilà ! la suite au prochaine épisode !

- Louise, 2009

Wednesday, January 14, 2009

-FR- Background du clan

Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire de ce clan, en voici les débuts.
Le texte est écrit par Amaury


Tout commence vraiment quand l'archéologue français Jules Montigny est finalement porté disparu avec sa jeune assistante de 18 ans, quelque part en Europe centrale. Quelques jours plus tard, dans le plus grand secret, arrivent au manoir familial deux mystérieuses caisses. Elles contiennent plusieurs documents, certains de la main du professeur Montigny, et deux oeufs énormes, sur le point d'éclore. Isidore Montigny, 30 ans, dilettante grâce à la fortune de sa regrettée mère, prend connaissance des documents et découvre l'existence des gargouilles, leur présumé annihilation durant les sombres heures du moyen-âge, et la nature exacte des deux oeufs que lui lègue dans l'urgence son défunt père... Certains documents sont des extraits de livres très anciens, d’autres sont des traductions de gravures sur les murs de cavernes depuis longtemps oubliées. Le professeur révèle que les deux œufs proviennent d’un Nid de gargoyles très ancien, mais n’explique pas comment ils ont survécu au passage du temps. Par contre, il décrit exactement quels équipements acheter pour les amener a éclosion, et la méthode a suivre. Nous sommes à Paris, au début des années 60.

Lorsque les oeufs éclosent quelques années plus tard, Isidore est préparé. Il a confié la fortune de sa mère à Jacques, un ami, véritable génie des affaires, pour le placer sagement. Il a virtuellement isolé la propriété familiale du reste du monde, en vue d'éduquer les deux créatures à l'écart de la convoitise des hommes, selon les souhaits de son père. Il va leur consacrer sa vie entière, leur apprenant les choses de la vie, assurant leur instruction. Il les appelle son garçon et sa fille, ils sont comme ses enfants. Il les voit grandir, mûrir, s'aimer. Puis il finit par réaliser qu'il n'est pas éternel, et que les voir grandir au ralenti comme tout ceux de leur race lui a fait oublier l'avancée inexorable du temps. Avec son génie, Jacques lui a permit de créer la Fondation Montigny pour le Savoir Universel, une organisation multinationale humaniste, visant une large variété de recherches.

Il a donc récemment décidé qu'il était temps de leur préparer un avenir sans lui, et commence à les enjoindre à explorer l'extérieur. Mais au fond de lui, il sait qu'il se passera un peu de temps avant qu'ils ne soient tout à fait prêts... Et le vieil homme attend quelque chose, une intervention extérieure peut-être, qui lui enlèverait ce souci.

-EN- Clan's Background

If you want to know more about the clan's story, here are the beginnings.
text written by Amaury, the creator of the clan.

The Paris Clan is based in an old private mansion owned by Isidore Montigny, head of the Montigny Foundation for Universal Knowledge.

Both Delacroix and Absinthe were born here, and think of Isidore as their father. Mélusine came in a little after and was raised with them. Morphine and Grimm integrated the clan much later.

In Paris there's a lot to be done : low smugglers, organized crime... And strange things happening because of one "Nightstone Unlimited" corporation and her mysterious owner, Dominique Destine.

But the clan can travel through France and Europe as well, thanks to the ressources of the Foundation. And in the dark forests of central europe, old secrets dwell, bounded to the very origins of Delacroix and Absinthe... And the fate of Isidore's father, the archeologist Jules Montigny, is yet to be discovered.


Everything begins when french archeologist Jules Montigny is reported missing along with his young assistant, Anne Darmont, during an expedition in Central Europe. Some days later, in secret, two mysterious crates are delivered at the familial manor. Everything indicates they travelled from the village near the last know location of professor Montigny. In the crates are two huge stonelike eggs and a bunch of documents, some of them from the very hand of Jules Montigny.

His son Isidore, 30 years old at the time, has no obligation to ever work thanks to his late mother's incredible fortune. He starts reading the documents and learns all about gargoyles. How they were slain during the middle-ages, how history forgot them and turned them into myth. Some of the documents are pages of ancient books, some are translations of texts carved in the rock of some god-forsaken cavern. The papers explain that the two eggs are indeed gargoyles eggs, but do not explain how they survived. But the professor asks his son to take care of them as if they were his children, and even explain how to do it, what equipment has to be used to allow the eggs to hatch. We're in Paris, during the sixties.

When the eggs hatch a few years later, Isidore starts honoring his father's wishes. The manor is virtually isolated from the outside world. He has asked Jacques, a friend of him and a real business genius, to fund the money wisely. He can now educate the newborns, with all the love and devotion a single father can give.


Isidore is an old man. Absinthe and Delacroix are the equivalent of twenty-years-old young persons, and they want to go out and see the world.

Jacques' genius permitted the creation of the FMSU, "Fondation Montigny pour le Savoir Universel", (or MFUK, "Montigny Foundation for Universal Knowledge"). It is a humanist, multinational trust aimed at a large variety of researchs.

It is time for the Paris Clan to spread his wings and gloriously fly upon the lights of the city at night.

Tuesday, January 13, 2009

-EN- Who is in this mischievous clan ?

Here are the characters sheets. I didn't put Rimbaud yet, as I haven't done his all design...

Enjoy ^^

Mais qui fait partie de cette famille remuante ?

Voici les fiches des membres du clan. Il manque encore Rimbaud que je n'ai pas encore fait en SD :P

Enjoy !

Monday, January 12, 2009

Bonjour à tous,
voici le Blog officiel du clan de Paris ! tadaaaaa. Le clan composé de nombreuses Gargoyles qui ont juré de protéger la Capitale.
Ici, vous trouverez des dessins, des fanfics, des anecdotes, des calembours :P

Bonne lecture !